François Hollande, un “mort-vivant” pour le “New York Times”

Les critiques contre François Hollande s’internationalisent. Le chef de l’État, dont la position est intenable en France depuis la parution du livre de confidences Un président ne devrait pas dire ça…, écrit par deux journalistes du Monde, est l’objet d’un portait peu glorieux publié dans le New York Times. Le quotidien américain le compare même à un “mort-vivant”.

12 octobre 2016, le jour où la campagne d’Hollande s’est crashée

« Je suis prêt ». Au vu de cette journée si particulière, à bien y réfléchir, la phrase prend un tout autre sens : celui des politiques qui sont en paix avec eux-mêmes avant d’affronter la guillotine électorale pour peu qu’ils persévèrent dans la folle entreprise de se (re)présenter à la magistrature suprême.

Légitimité Républicaine

De droite comme de gauche (UMPS) les membres des gouvernements et leur aréopage des 40 dernières années ont montré leur soumission et collaboration avec l’ennemi…

Bayrou a servi dans tous les camps… Sarkozy a joué de l’Arabe, appauvri la sécurité et la justice française ainsi que les hôpitaux… Hidalgo flatte les musulmans et a infesté Paris de tellement de racailles et de barbares que la France a perdu 25 millions de touristes… Copé a fait passer des lois qu’il ne fait même pas respecter dans sa ville… et l’on en voit régulièrement taper sur leurs compères à seule fin d’être calife à la place du calife (Aubry, Montebourg, Lemaire, Juppé, …)… quant tout ce petit cercle mafieux ne se contredit pas tout simplement d’une déclaration à l’autre (Sarkozy, Bayrou, Cambadélis, Lemaire, Wauquiez, …) …