Entre deux attentats, les mosquées continuent d’envahir la France

Aujourd’hui c’est une nouvelle métastase du cancer islamique qui va se dresser à Saint-Denis, sur 8000 m2 et pour la coquette somme de 7 ou 8 millions d’euros. Cette médersa géante, au nom ronflant d’Institut Européen des Sciences Humaines, sera un complexe aux multiples activités rémunératrices, selon la charia, bien sûr. Quant au financement, l’IESH lui-même ne cache pas que nos impôts de dhimmis paieront généreusement la construction du nouveau « campus ».

20 millions de musulmans chez nous… et l’affrontement est inévitable !

nous sommes réellement envahis, remplacés, déstabilisés, ce n’est plus de l’utopie, je le dis et le répète sans cesse, nous n’avons plus le choix si voulons garder notre pays ainsi que notre manière de vivre, il faut se préparer au chaos.

Nous sommes arrivés au bout de ce qu’il est possible de faire en temps de paix.

Soumission

La soumission et la collaboration vont de pair… elles marchent au pas à l’unisson… le gouvernement français d’aujourd’hui composé de traîtres à la nation et collaborateurs avec l’ennemi… retrouve ses source dans la France de Vichy où François Mitterrand avait prêté allégeance à Laval… l’Italie, traditionnellement à gauche avait son Mussolini…

L’Edit de Mantes : plongée romanesque dans une France islamisée et sécessioniste

On ne s’ennuie pas en lisant ce roman – dont on peut reprocher toutefois une certaine longueur . Il ne s’agit pas du polar du siècle, mais on appréciera certaines références historiques, certaines critiques également de notre société actuelle.

L’Edit de Mantes n’a pas la prétention d’être un ouvrage politique. On se contentera de le lire pour ce qu’il est : un polar à la fois divertissant et politiquement incorrect, sans aller toucher le haut des cimes de la littérature.

Croire Ou Ne Pas Croire… Telle Est La Question…

Dieu, nous répète-t-on, a créé l’homme à son image… mais il nous est également avoué souvent sottovoce que l’homme, dans les récits de ses œuvres, a souvent mis la main à la pâte à papier… et il nous est, de surcroît, défendu de l’illustrer… peut-être par crainte de le mal représenter ou pas assez… si les Chrétiens n’ont qu’un mot pour leur Dieu et prétendent qu’il exprime toute son essence… les Musulmans en ont tant… tant il échappe à tout qualificatif qui ne saurait s’approcher de sa perfection… et les Juifs eux préfèrent ne pas le nommer… pour les mêmes raisons…

12 octobre 2016, le jour où la campagne d’Hollande s’est crashée

« Je suis prêt ». Au vu de cette journée si particulière, à bien y réfléchir, la phrase prend un tout autre sens : celui des politiques qui sont en paix avec eux-mêmes avant d’affronter la guillotine électorale pour peu qu’ils persévèrent dans la folle entreprise de se (re)présenter à la magistrature suprême.